En campagne contre l'isolement

Troisième expérimentation MONALISA, « En campagne contre l’isolement » se déroule sur 4 territoires : communes de Cessenon-sur-Orb, Pierrerue, Prades-sur-Vernazobre (34), Vallée de l'Ondaine (42), cantons de la Chaise Dieu et d'Allègre (43), territoire du Clic du Haut Val de Sèvre (79).

En campagne contre l'isolement

Cette expérimentation vise à mieux comprendre, en milieu rural, les particularités de l’isolement social des personnes âgées, les ressorts de l’engagement citoyen et bénévole et les contraintes et éléments facilitant les coopérations entre acteurs. Un groupe de travail constitué de plusieurs parties prenantes de MONALISA anime ce travail collectif : la caisse centrale de la Mutualité sociale agricole, la Croix Rouge française, Familles Rurales, la fédération des centres sociaux, les petits frères des Pauvres, Secours catholique, l'Union nationale de l'ADMR, générations Mouvements. 

VISUELCAMPAGNE

Les 4 territoires de l'expérimentation bénéficient du soutien de l’équipe nationale MONALISA et d’un accompagnement régulier personnalisé pendant environ un an par une structure professionnelle, partenaire de l’association MONALISA, dans le but de :

  • Faciliter la mise en oeuvre de coopérationslocales en grande ruralité
  • Accompagner le déploiement d’équipes citoyennes en tenant compte des spécificités des territoires.



L’isolement en milieu rural :  Aujourd’hui les personnes âgées représentent une part importante de la population rurale : C’est 25% des habitants qui ont plus de 65 ans (contre 18% en milieu urbain). Même si on souffre moins d’isolement social à la campagne qu’à la ville (11% contre 13%), on fait face aux disparités territoriales en matière d’équipements (transports, santé, commerces, services publics …). Sur ces territoires aux réalités diverses (campagnes agricoles ou industrielles, campagnes des villes de littoral et des vallées urbanisées), les problématiques peuvent se conjuguer : le cumul de différentes formes d'isolement (géographique, social, résidentiel), l'enjeu de mobilité pour les zones isolées, l'accessibilité aux services, la difficulté à faire équipe, la diversité des populations et des trajectoires indivuelles. En effet,  les espaces ruraux connaissent aussi un renouvellement de population : de nouveaux habitants viennent y prendre leur retraite sans avoir le même rapport au territoire ou la même manière d’envisager le vieillissement. 

Quels sont les territoires de l'expérimentation et leurs projets ?

Les territoires expérimentés sont 4 bassins de vie enclavés, composés de villes de petites tailles, avec une population vieillissante. Ils ont été repérés sur trois aspects : la socio-démographie du territoire (pas ou peu de villes de plus de 2000 habitants), un partenariat entre au moins trois acteurs autour du projet, la volonté de construite ou développer un projet de lutte contre l'isolement des personnes âgées.

  • Hérault : Communes de Cessenon-sur-Orb, Pierrerue, Prades-sur-Vernazobre (avec les élus locaux de 3 communes, le CLIC et des citoyens bénévoles). Il s'agit d'aller à la rencontre des personnes âgées isolées à leur domicile, organiser des temps collectifs conviviaux et permettre aux personnes âgées isolées de participer aux animations socioculturelles existantes (notamment estivales).
  • Loire : Vallée de l’Ondaine  (avec Ufcv, petits frères des Pauvres, Syndicat intercommunal des Rives). Les acteurs souhaitent construire une dynamique de coopération locale pour soutenir les initiatives citoyennes existantes ou émergentes sur le territoire. Pour ce faire, ils ont organisé une journée d’information sur l’isolement social et 3 « labos des idées » pour faire émerger des initiatives ou idées permettant de lutter contre l’isolement et mobiliser les citoyens.
  • Haute-loire : cantons de La Chaise Dieu et d’Allègre (avec les petits frères des Pauvres, Fédération départementale de l’ADMR, communauté de communes des portes d'Auvergne). Leur projet est axé autour de la Baraque à Frat’, café social itinérant, qui va à la rencontre des personnes isolées sur le territoire. Ce projet est construit en partenariat avec des élus locaux et des bénévoles des associations locales ADMR afin que les animations proposées par la Baraque à frat’ s’intègrent dans une dynamique du territoire plus globale et pérenne.
  • Deux-Sèvres : territoire du CLIC du Haut Val de Sèvre (avec la MSA, Clic du Haut Val de Sèvre, Croix Rouge française). Le développement d’un réseau social d’entraide et de partage, à partir d’une plateforme en ligne permet aux personnes âgées, qui le souhaitent, d’être repérées, et aux habitants de s’inscrire en tant que « voisins bienveillants ». Ce projet s’inscrit également dans un programme d’animations collectives, notamment d’aide à l’utilisation des technologies numériques.